Downloads

Alerte aux atrocités n ° 208: les enfants et…

Le rapport annuel du Secrétaire général des Nations Unies sur les enfants et les conflits armés a été rendu public le lundi 15 juin, faisant état de plus de 24 000 «violations graves» perpétrées contre des enfants. Cela comprenait plus de 10 000 enfants qui ont été tués ou mutilés dans 19 zones de conflit différentes en 2019. Le rapport documente également 735 cas de violence sexuelle contre des enfants, plus de 7 000 cas de recrutement et d’utilisation d’enfants dans les conflits armés et près de 500 attaques contre des écoles .

La majorité de ces violations ont été perpétrées dans des pays où des atrocités de masse sont en cours ou ont récemment été perpétrées. L’Afghanistan est resté le conflit le plus meurtrier au monde pour les enfants, avec au moins 874 morts. Un nombre sans précédent de décès d’enfants (185 tués et 111 mutilés) ont également été enregistrés au Mali, avec 90% dans la région de Mopti. La Syrie a connu plus de 260 attaques contre des écoles et des hôpitaux, les plus élevées du monde. La violence sexuelle à l’égard des enfants était particulièrement répandue en République démocratique du Congo, où l’ONU a documenté des incidents touchant 249 filles. La moitié de ces incidents étaient imputables aux forces gouvernementales.

Depuis que le Mécanisme de surveillance et d’établissement de rapports (MRM) pour les enfants et les conflits armés a été créé il y a 15 ans, le rapport annuel du Secrétaire général et son annexe ont été utiles pour décourager les violations graves contre les enfants. Il est donc profondément décevant qu’un certain nombre de parties en infraction aient été exclues ou radiées des annexes de cette année.

La «Coalition pour soutenir la légitimité au Yémen», dirigée par l’Arabie saoudite, a été retirée de la «liste de la honte» cette année, bien qu’elle soit considérée comme responsable de 222 décès d’enfants. Les annexes du rapport excluent également les forces armées du Myanmar (responsables du recrutement d’enfants), les forces internationales dirigées par les États-Unis en Afghanistan (responsables de près de 250 enfants) et les forces armées israéliennes (responsables de plus de 1 500 enfants).

En réponse, Kevin Watkins, PDG de Save the Children, a déclaré: «Il est choquant que le Secrétaire général n’ait pas réussi à imposer aux parties aux conflits du monde entier les mêmes normes et les mêmes niveaux de contrôle… ce qui prouve une fois de plus que le Secrétaire général de l’ONU a placé la politique devant les enfants, laissant les partis avec des amis puissants s’en tirer en détruisant impunément la vie des enfants. »

Tous les auteurs de violations graves contre les enfants doivent être tenus au même niveau, qu’il s’agisse de forces étatiques ou de groupes armés non étatiques. Le Conseil de sécurité des Nations unies doit tenir un débat public sur les enfants et les conflits armés le 23 juin. Les membres du Conseil devraient insister sur une liste unique et complète des auteurs qui reflète fidèlement les données collectées et vérifiées par le MRM.

Afin de mieux protéger les enfants dans les conflits armés, tous les États membres de l’ONU devraient mettre en œuvre le Protocole facultatif à la Convention relative aux droits de l’enfant, les Principes de Paris et les Principes de Vancouver, et respecter la Déclaration sur la sécurité dans les écoles.

BOKO HARAM ATTAQUE LES CIVILS ET EXACTE LA CRISE COVIDE-19 DU NIGERIA

Il y a eu plus de 17 000 cas confirmés de COVID-19 au Nigeria, où le gouvernement fédéral peine à endiguer la pandémie. Pendant ce temps, le groupe extrémiste armé Boko Haram et sa branche, l’État islamique en Afrique de l’Ouest (ISWA), exploitent l’épidémie de COVID-19 pour étendre leurs activités. Les deux groupes armés ont sapé la riposte de la santé publique en multipliant leurs attaques et diffusent également des informations erronées sur le virus.

Le 9 juin, des combattants présumés de Boko Haram ont attaqué le village de Faduma Koloram, dans l’État de Borno, faisant au moins 81 habitants. Au cours de l’attaque, sept personnes ont été enlevées et 1 200 bovins volés. Le village aurait été attaqué parce que les habitants étaient accusés de partager des informations avec les forces de sécurité nigérianes.

Le 13 juin, deux attaques ont eu lieu contre Goni Usmanti et Monguno – une ville où l’ONU et plusieurs organisations humanitaires internationales ont des bases. Les attaques ont fait au moins 20 soldats et plus de 40 civils tués. Lundi 15 juin, le Coordonnateur humanitaire des Nations Unies au Nigéria, Edward Kallon, a “condamné avec véhémence” les violences et s’est dit “choqué par l’intensité de cette attaque. Il s’agit du dernier des trop nombreux affrontements affectant des civils, des acteurs humanitaires et l’aide que nous fournissons. »

Bien que le gouvernement nigérian ait fait des progrès significatifs contre Boko Haram et l’ISWA depuis 2015, les deux groupes ont intensifié leurs attaques ces derniers mois et au moins 2,5 millions de personnes sont toujours déplacées à l’intérieur du pays dans le nord-est du pays. En avril, l’Organisation internationale pour les migrations a averti qu’une épidémie de COVID-19 pourrait avoir des «conséquences dévastatrices» pour le nord-est du Nigéria, où plus d’un tiers des établissements de santé ont été détruits par les attaques passées.

Le gouvernement nigérian devrait continuer à soutenir des programmes qui renforcent la sécurité locale, luttent contre l’extrémisme violent et renforcent l’état de droit dans les zones où Boko Haram opère. Le gouvernement nigérian devrait également demander une aide internationale accrue pour protéger les populations vulnérables et défendre les travailleurs et les établissements de santé.

LES CRIMES DE GUERRE CONTINUENT À DÉCOUVRIR LES GRAVES DE MASSE EN LIBYE

Le 11 juin, la Mission d’appui des Nations Unies en Libye (MANUL) a annoncé son «horreur» à la découverte de huit charniers à Tarhuna, l’ancien bastion occidental de Khalifa Haftar, autodéclaré maréchal des Forces armées arabes libyennes (LAAF) et al-Kaniyat, une milice affiliée. Les premiers rapports indiquent que si certaines des victimes ont été exécutées, d’autres ont peut-être été enterrées vivantes. Des corps carbonisés ont également été découverts dans des conteneurs d’expédition ailleurs dans la ville. Des enquêtes sont en cours, mais des responsables du gouvernement d’accord national (GNA) reconnu par l’ONU ont déclaré qu’il y avait «des dizaines» de victimes.

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres et la MANUL ont appelé à «des enquêtes approfondies et transparentes» sur les charniers, conteneurs et autres sites conformément au droit international. La MANUL s’est également félicitée de la décision du ministre de la Justice du GNA de créer un comité d’enquête.

Les charniers ont été découverts à la suite de combats intenses qui ont effectivement mis fin à la campagne de Haftar de 14 mois pour capturer Tripoli et renverser le GNA. Depuis le 5 juin, plus de 24 000 personnes ont été déplacées. Malgré le retrait des forces de Haftar, les combats se poursuivent.

Des groupes armés en Libye ont violé le droit international humanitaire et les droits de l’homme depuis le début du dernier conflit en 2014. La Cour pénale internationale (CPI) a émis deux mandats d’arrêt contre Mahmoud al-Werfalli, un commandant de la LAAF, pour des crimes de guerre qui auraient été commis entre juin 2016 et janvier 2018.

Diverses puissances étrangères, y compris des membres permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies (CSNU), ont fourni des armes et un soutien aux parties au conflit, y compris la FAAF de Haftar, malgré un embargo sur les armes mandaté par l’ONU. Sarah Ewing, responsable des communications et des médias numériques au Centre mondial pour la responsabilité de protéger, a déclaré: «Ces fosses communes ne sont que les dernières d’une longue série d’atrocités subies par le peuple libyen. La communauté internationale doit veiller à ce que l’impunité cesse maintenant et que les auteurs de ces actes odieux soient tenus responsables. »

Aux termes de la résolution 1970 (2011) du Conseil de sécurité des Nations Unies, la CPI peut exercer sa juridiction sur tout crime d’atrocité de masse commis en Libye à partir de février 2011. Il a également été récemment demandé au Conseil des droits de l’homme des Nations Unies de créer une commission d’enquête pour enquêter et fournir des éléments de preuve à divers mécanismes judiciaires. Le CSNU devrait imposer des sanctions ciblées à tous les individus et forces – nationaux et étrangers – qui continuent de renverser activement le processus de paix libyen et tentent de renverser le gouvernement reconnu par l’ONU.

Downloads

Crise de Boko Haram au Nigéria: l’ONU «consternée» par…

Des dizaines de soldats et de civils auraient été tués lors de deux attaques de militants islamistes dans l’État de Borno, au nord-est du Nigéria.

Des combattants ont attaqué Monguno, une ville de garnison où sont basés l’ONU et d’autres travailleurs humanitaires, ainsi qu’un village à Nganzai.

L’ONU s’est dite “consternée” par les raids qui ont eu lieu quelques jours après la mort d’au moins 81 villageois à Gubio.

Une faction de Boko Haram se faisant appeler l’État islamique en Afrique de l’Ouest (Iswap) dit qu’elle est derrière les trois attaques.

Le groupe dissident a déclaré sa loyauté au groupe État islamique il y a quatre ans.

Que savons-nous des attaques?

Au moins 20 soldats et plus de 40 civils auraient été tués lors des deux attaques.

Des gens du village de Goni Usmanti à Nganzai ont déclaré à l’agence de presse AFP que des militants avaient abattu 38 personnes et incendié un camion avec des passagers à l’intérieur.

Des sources sécuritaires et des habitants ont déclaré qu’au moins 15 personnes, dont neuf soldats, sont décédées dans la ville de Monguno, située à environ 60 km.
Des militants armés d’armes lourdes, dont des lance-roquettes, sont arrivés à Monguno, base de nombreuses organisations internationales non gouvernementales, samedi matin, envahissant les forces gouvernementales de la région.

Dans un communiqué, l’ONU a confirmé que “des membres de groupes armés non étatiques” étaient entrés à Monguno en fin de matinée.

“Plusieurs” civils, dont une fillette de quatre ans, ont été tués, a-t-il précisé, tandis qu’au moins 37 autres civils ont été blessés.
Bien que des véhicules aient été incendiés et qu’un missile non explosé ait été trouvé à l’extérieur de la principale installation humanitaire, il n’a pas été sérieusement endommagé.

“Les mesures de sécurité de protection déployées au centre humanitaire ont empêché tout préjudice aux plus de 50 travailleurs humanitaires qui se trouvaient dans l’établissement au moment de l’attaque”, a déclaré l’ONU.

Les rapports indiquent que des centaines de civils ont été blessés à Nganzai et que l’hôpital local a été submergé, forçant certains des blessés à rester dehors en attendant de l’aide.
Les militants ont ensuite distribué des lettres aux habitants, dans la langue haoussa locale, les avertissant de ne pas travailler avec les groupes d’aide militaires ou internationaux, rapporte Chris Ewokor de la BBC depuis la capitale, Abuja.

Iswap ne cible généralement pas les civils, sauf s’ils travaillent avec des agences d’aide occidentales ou sont soupçonnés de fournir des informations à l’armée.

Quelle a été la réaction?

“Je suis soulagé que tout le personnel soit en sécurité, mais je suis choqué par l’intensité de cette attaque”, a déclaré Edward Kallon, coordinateur humanitaire de l’ONU au Nigeria.

L’armée nigériane a déclaré que ses forces avaient “réussi à repousser” l’attaque de Monguno et tué 20 djihadistes.

Il n’a fait état d’aucune victime parmi les soldats et les civils ni de l’attaque de Nganzai.

Plus de 100 000 habitants de Monguno sont des personnes qui ont été déplacées de leurs foyers par le conflit de 10 ans dans la région.

Downloads

Violence sexuelle et sexiste: une pandémie sociale cachée sous…

À la mi-avril, lors de l’isolement, une locataire, Rose (qui n’est pas son vrai nom) a été brutalisée physiquement par son propriétaire à Lagos. Les voisins qui vivent à Akowonjo, où l’attaque a eu lieu, l’appellent «voir la cause du wetin COVID-19» à Pidgin.

Le verrouillage s’étalant sur des semaines, il y a eu une réaction d’isolement aux chocs de la part des hommes et des femmes, entraînant dans certains cas, des réactions extrêmes à la provocation, au fardeau économique, à la tension émotionnelle et à la rage jalouse. La dynamique de la violence fondée sur le sexe entre propriétaires et locataires devient d’actualité. Il existe des cas documentés de rage jalouse du propriétaire. Les médias sociaux regorgent de vidéos de violences de voisin à voisin entraînant des dommages physiques et, dans certains cas, la mort de maris qui se battent pour l’honneur de leurs épouses ou copines. Les organisations de la société civile et les agences non gouvernementales à travers le Nigéria, en tant que premiers intervenants, ont été inondées de rapports couvrant la violence conjugale, la violence entre propriétaires et locataires, la violence entre propriétaires d’une maison, la violence entre copains, les violences sur les veuves, la violence entre policiers et travailleurs du sexe, et la violence policière et citoyenne.
La vidéo de Rose prise sous l’emprise de l’agression verbale, du harcèlement sexuel et de la violence physique de son propriétaire a été enregistrée par les voisins qui ont envoyé la vidéo au Dr Gabriel Oyediji, travailleur social, intervenant et secrétaire national de l’Association des orphelinats et foyers du Nigéria. répondu à l’affaire.
Dans mon entretien avec le Dr Gabriel Oyediji, concernant ce qui a conduit à l’agression violente contre Rose, il raconte que «le propriétaire de la femme l’a confrontée pour avoir suspendu ses vêtements à une corde dans l’enceinte. Sans réfléchir à sa prochaine action, le propriétaire est allé à la ligne et a jeté les vêtements de la femme. Après avoir fait cela, il l’a confrontée à nouveau, cette fois, lui demandant comment elle avait obtenu la nouvelle voiture chère qu’elle conduisait. Utilisant son influence et ses liens avec la police, le propriétaire a appelé à la hâte la police pour lui demander de venir arrêter la femme. La tension entre le propriétaire et le locataire s’est intensifiée au point où le propriétaire a frappé la femme sur son visage et sa tête, et a essayé de la déshabiller publiquement, tout en frappant sa tête contre le mur jusqu’à ce que les voisins, certains qui ont commencé à filmer l’altercation de à distance, ont élevé la voix pour attirer l’attention et obtenir l’aide des autres. »
Le Dr Oyediji décrit ensuite l’attaque violente contre Rose pendant le verrouillage de COVID-19 comme une tragédie en trois phases. «La première tragédie survenue lors de cet incident concerne les voisins de la femme. Ils ne sont pas intervenus dans l’incident parce qu’ils voulaient maintenir une distance sociale. Maintenant, cela a permis au malentendu entre le locataire et le propriétaire de dégénérer. » Cependant, quand il est devenu évident que le propriétaire ferait plus de mal s’il n’était pas arrêté, les voisins ont mis le vent en garde pour sauver Rose. Le mari de Rose, qui n’est pas là, est en mission missionnaire au Rwanda. Les voisins déterminés ont porté l’affaire devant la police d’Akowonjo dans l’espoir d’obtenir justice pour Rose.

La «deuxième tragédie» qui est arrivée à Rose selon le Dr Oyediji s’est produite à l’intérieur du poste de police d’Akowonjo avec la police. «Ils ont arrêté la femme et non l’auteur des violences – le propriétaire. De plus, la DPD au poste de police de Sasha à Akowonjo, Lagos, a rendu un jugement en faveur du propriétaire en raison de son influence dans la région. » L’affaire a ensuite été signalée au commandant de secteur en charge de la zone qui a affecté un inspecteur pour enquêter sur l’affaire. »
La «troisième tragédie» qui a frappé Rose, poursuit le Dr Oyediji, est quand «selon la femme, a-t-elle déclaré, l’officier enquêteur a demandé une somme de N25 000 comme condition préalable avant d’ouvrir une enquête. La femme m’a dit qu’elle avait expliqué à l’officier qu’elle n’avait reçu que 10 000 N par son mari pour se nourrir et que l’argent était à la maison. L’officier de police lui a alors dit qu’il la suivrait chez elle sur un okada pour récupérer l’argent. Dès qu’elle a donné l’argent à l’agent, il a arrêté le contrevenant, le propriétaire, et l’a emmené au poste de police. » Cependant, lorsque Rose, l’officier enquêteur et ses voisins sont arrivés au poste de police, le Dr Oyediji a déclaré: «Dans les 30 minutes, les voisins ont été témoins d’une transaction en ligne rapide entre le délinquant et le policier et faite en plein air. Et dans les 40 minutes, sans faire de déclaration, le délinquant, le propriétaire a été libéré et renvoyé chez lui. »

Cependant, les voisins de Rose ont pleuré et, avec l’intervention du Dr Oyediji, il a fait entrer le commandant de secteur dans cette affaire. «Voyant l’ampleur des blessures infligées à la femme, le commandant de secteur lui a demandé de se faire examiner par un médecin. Une radiographie crânienne a été effectuée et on soupçonnait qu’elle avait une hémorragie sous-durale (saignement sous le crâne). » Comme au moment de ce rapport, lorsque j’ai demandé à parler à Rose, on m’a dit qu’elle allait subir un scanner pour déterminer l’étendue de l’hémorragie sous-durale. Cependant, le Dr Oyediji dit “qu’une enquête complète sur cette affaire a été demandée par le commandant de zone demandant un rendez-vous avec la femme et une enquête complète sur le résultat du rapport médical”.
Selon le Dr Oyediji, l’état de santé de la femme, au moment de la rédaction de ce rapport, “ne s’est pas amélioré et elle est sous prise en charge médicale. Elle souffre de douleurs intenses et de maux de tête constants du fait qu’elle a été épinglée au mur, frappée au nez, la tête frappée à plusieurs reprises contre le mur tandis que le propriétaire l’a harcelée sexuellement au cours de la violence qui lui a été infligée. »
Impatience domestique: L’impact social et émotionnel de l’isolement de Covid-19
Foluke Ademokun, experte en suivi et évaluation et coordinatrice exécutive de la Fondation Ajoke Ayisat Afolabi, a déclaré: «jalousie et colère domestiques; vivre avec un agresseur; tension due à l’impact économique du verrouillage; la tension entre les locataires et les femmes propriétaires; sensation d’être piégé à la maison; l’impatience domestique des hommes et des femmes fait partie des rapports que nous avons reçus depuis le début du verrouillage. »

Dr Abiola Akiode-Afolabi, «il y avait une forte prévalence de violence basée sur le genre avant même le COVID-19. Ce que COVID-19 a fait, c’est d’aggraver cela. La tension est montée, il y a beaucoup d’incertitude, il y a des craintes et les gens ne savent pas s’ils vont retrouver leur emploi, et beaucoup d’autres ne savent pas à quoi s’attendre. Les gens ne savent pas non plus comment ils vont assumer le fardeau social qui accompagne un ralentissement économique si cette crise COVID-19 n’obtient pas un résultat dès que possible. Les statistiques d’Afrique du Sud et des États-Unis montrent qu’il y a plus de violence domestique dans le monde que ce que nous connaissions avant le COVID-19. »

Dans l’État de Delta, selon le procureur général et commissaire de la justice, Peter Mrakpor, «il y avait 134 infractions à caractère sexuel et 17 affaires ont été déposées en janvier 2020 devant diverses hautes juridictions de l’État de Delta seulement. Dans l’État de Delta, au dernier trimestre de 2019, un problème croissant de violence sexuelle et sexiste a été enregistré, dont plus de 50% sont sous-déclarés. Un nombre alarmant de cas signalés, cependant, sont réglés dans et hors du commissariat de police sans enquête et poursuites concluantes en raison du traitement médiocre / non professionnel de ces cas par la police et d’autres organismes gouvernementaux ».
Le Dr Gabriel Oyediji ajoute: «Le verrouillage a privé la vie sociale, les points de relaxation ont été fermés, les réunions et les centres de jeux ont été fermés. Vous pouvez donc imaginer le coefficient réversif sur la vie à la maison. Cela enlève une certaine tolérance, et il y a eu des rapports ici et là de violence sexiste de plus de femmes à la réception. ”

Les déclencheurs
L’impatience domestique est déclenchée par des facteurs de prédisposition, de perpétuation et de perpétuation. Le facteur prédisposant est en grande partie l’effondrement économique de la famille, qui est maintenant aggravé par le verrouillage. Le Dr Oyediji explique que «la rupture économique du système familial prédispose le mari et la femme à l’impatience parce que leurs besoins augmentent, mais la nourriture disparaît et les ressources diminuent». La pauvreté, explique-t-il, est un facteur prédisposant étant donné que l’économie du Nigeria moyen est faible.

Le Dr Oyediji explique: «imaginez une extension des 14 jours à deux semaines supplémentaires avec un accès limité à la nourriture, pas de nouvelle source de revenus. L’impatience s’intensifie et continuera d’augmenter, car les facteurs d’atténuation et de sauvegarde ne sont pas fournis. Les soins palliatifs et les services sociaux solides ne sont pas fournis ou ne sont pas correctement gérés. » Dans la zone de gouvernement local d’Alimosho où il est domicilié, il dit: «Un sac de riz a été donné à 1000-2000 personnes à partager. Six miches de pain et cinq kilos de riz ont été remis à une communauté de plus de 10 000 personnes à partager! C’est une comédie et une tragédie. C’est une honte pour la nation. La patience diminue et le niveau de tolérance baisse parce que la demande à la maison augmente, les ressources pour répondre à la demande diminuent. Ce sont les facteurs perpétuants qui la rendent continue à moins que les interventions ne viennent, nous commençons à suivre les processus d’intervention ainsi que les investissements et le modèle de secours, et que les ressources commencent à répondre à la demande, puis un répit viendra. »
Le manque d’abris pour les victimes au Nigeria est également un autre défi. Le professeur Olubunmi Ashimolowo, de Gender Development Initiative, a déclaré: «Les gens n’ont nulle part où signaler des cas jusqu’à présent, car la plupart des organisations de défense des droits humains et des installations gouvernementales sont fermées en raison du verrouillage.»

En outre, les groupes de la société civile et les ONG ne sont pas en mesure de maximiser leur position en tant que premiers intervenants en matière de violence sexuelle et sexiste ou de violence domestique, car ils ne sont pas classés comme des services essentiels par le gouvernement. Il leur est donc difficile de fournir un service et un soutien professionnels rapides aux victimes de VBG pendant le verrouillage.

Le manque de secours post-intervention au Nigéria est l’un des plus grands défis lorsqu’il s’agit de gérer les cas signalés de VBG et de DV. Le Dr Gabriel Oyediji partage son expérience à ce sujet: «Lorsque vous intervenez sur la violence domestique et dites que vous voulez que l’homme face à la musique ou la femme face à la musique, et en particulier à l’homme, au moment où vous amenez l’homme au tribunal de la famille, et mettre l’homme en détention, la famille souffre et l’homme souffre. Dans la plupart des cas, la femme n’a pas un bon travail qui puisse subvenir aux besoins de la famille, elle ne peut pas payer le loyer, nourrir les enfants, laissant ainsi le désarroi. Lorsque le loyer arrive à expiration, les propriétaires font pression sur la femme et nous commençons à regretter l’intervention car parfois nous créons plus de problèmes que ceux que nous essayons de résoudre. La même femme commence maintenant à flirter, à passer d’un homme à un autre, et avant que vous le sachiez, elle attrape le VIH, elle meurt et laisse ses enfants souffrir. C’est une grosse complication. ”
Dans les pays disposant de systèmes d’intervention bien développés et d’abris en place, la femme ne souffre pas après son partenaire, l’homme est arrêté pour maltraitance ou blessure. Ces pays fournissent un logement, des allocations mensuelles à la femme et à ses enfants pour leur bien-être. Accélérer le rétablissement pour eux et prévenir les comportements de dépendance envers leur agresseur. Il est donc nécessaire que les gouvernements fédéral et des États conjuguent leurs efforts pour augmenter les fonds de protection sociale, les allocations et le budget afin que l’intervention sur les victimes domestiques soit plus facile.

Solutions à l’impatience domestique et à la gestion des SGBV et DV
Avec l’augmentation de la violence basée sur le genre à travers le pays, les Centres de Référence Domestique, l’ADRAO, le WRAPPA et le WILPF ont organisé un webinaire sur les défis rencontrés par les organisations répondant à la violence basée sur le genre. Le webinaire a examiné ce qui fonctionne, ce qui ne fonctionne pas et ce qui doit être fait pour renforcer les efforts des organisations qui répondent à la violence sexiste pendant la fermeture de COVID-19.
Le Dr Akiode-Afolabi, directeur exécutif fondateur du WARDC explique que: «Les statistiques au Nigeria et dans le monde montrent qu’une femme sur trois souffre d’une forme de violence ou de l’autre. Il pourrait s’agir de violence domestique, de viol, d’agression sexuelle, de harcèlement sexuel, et si vous mettez cela dans le contexte, cela signifie qu’il y avait une forte prévalence de violence basée sur le genre avant même le COVID-19. Ce que COVID-19 a fait, c’est d’aggraver cela. La tension est montée, il y a beaucoup d’incertitude, il y a des craintes et les gens ne savent pas s’ils vont retrouver leur emploi, et beaucoup d’autres ne savent pas à quoi s’attendre. Les gens ne savent pas non plus comment ils vont assumer le fardeau social qui accompagne un ralentissement économique si cette crise COVID-19 n’obtient pas un résultat dès que possible. Les statistiques d’Afrique du Sud et des États-Unis montrent qu’il y a plus de violence domestique dans le monde que ce que nous connaissions avant le COVID-19. »

Rebecka Andersson, Secrétaire générale d’Unizon, une coalition de plus de 140 refuges pour victimes de violence sexiste en Suède, a souligné que «70% des refuges en Suède sont gérés par des ONG». Elle explique que cela leur permet de fournir plus facilement un soutien de gestion plus efficace aux victimes.

Au Nigéria, cependant, depuis le verrouillage, la plupart des militants des droits de l’homme disent qu’ils exploitent leurs réseaux et font tout leur possible pour apporter un soutien personnel aux personnes victimes de violence tout en respectant les lignes directrices sur la distanciation sociale pour atténuer les cas d’urgence. Mais sans laissez-passer autorisés, beaucoup travaillent virtuellement avec la police pour renvoyer les cas de violence basée sur le genre aux femmes et aux institutions gouvernementales pour y répondre, tendre la main à des proches pour leur fournir un abri comme principale option pour fournir un abri aux victimes de violences car l’accès aux abris est limité et même avant le verrouillage, les abris du Nigéria n’étaient pas adéquats.

Pourquoi le confort des victimes de violence domestique, en particulier dans les familles, est-il crucial? Le Dr Oyediji dit: «Plusieurs fois, après que l’homme a été envoyé en prison, la femme est harcelée et terrorisée par les voisins et la communauté qui l’accusent d’avoir mis son mari dans la cellule; sa propre famille l’aliène, l’appelant des noms désobligeants pour avoir dénoncé son mari violent à la police. Cela affecte l’état mental et émotionnel de la femme. Alors, quel est l’intérêt de retirer l’homme de la maison uniquement pour que la femme et les enfants en subissent les conséquences? ”
Le Dr Abiola Akiode Afolabi souligne que «le Nigeria est devenu le premier pays d’Afrique de l’Ouest à adopter la loi sur la violence contre les personnes au niveau national. À ce jour, 12 États du Nigéria ont également emboîté le pas en adoptant cette loi. » Ces États sont Ogun, The FCT, Ekiti, Oyo, Osun, Benue, Kaduna, Edo, Kogi, Anambra, Enugu et Rivers. Cependant, selon le Dr Akiode-Abiola: «La vérité est que certaines de ces lois ne sont pas correctement appliquées. Certains organes statutaires sont censés être créés en vertu de la loi qui n’ont pas été créés dans environ 80% des États où la violence contre une personne a été adoptée, même au niveau fédéral. De plus, le fait que l’institution et les gouverneurs ne réagissent pas très bien aux questions relatives aux femmes et aux enfants, cela signifie que nous n’avons pas assez de refuges, nous n’avons pas assez de mécanismes pour aider les femmes à sortir de cette violence. À travers l’Afrique, le patriarcat est encore endémique. Au niveau de la communauté, au niveau de l’État, et même au niveau de ceux qui font des lois, ils voient toujours les femmes comme une citoyenne de deuxième classe et vous voyez donc que les femmes souffrent beaucoup des pratiques de veuvage, des mutilations génitales, des relations sexuelles et la violence basée sur le genre et beaucoup de violence dans les communautés. »

Changement de mentalité
Pour lutter contre les problèmes de violence sexiste pendant le verrouillage, des organisations de défense des droits humains telles que l’ADRAO, le WRAPPA et le WILPF proposent des solutions créatives pour protéger les femmes et les enfants. Ils tirent parti de l’accès aux stations de radio communautaires pour éclairer les gens et exploitent les espaces des médias sociaux pour sensibiliser en pidgin, en anglais, et en particulier dans les langues locales, afin de toucher divers groupes. Malgré ces efforts, il reste encore beaucoup à faire pour * renforcer le mécanisme de réponse aux problèmes de violence sexiste. Il est important que le gouvernement examine les lois relatives aux questions de VBG et s’assure qu’elles sont applicables aux événements récents et qu’elles sont applicables. La communauté peut créer des systèmes de soutien pour les femmes sans emploi, qui peuvent inclure l’accès aux chefs traditionnels, aux groupes de femmes, aux groupes de la famille élargie, etc. Les gens doivent être éduqués sur les traumatismes secondaires et comment les gérer efficacement. Il est important que les individus assument plus de responsabilités et considèrent la VBG comme un problème économique et social; comme une question de politique et comme une question que nous devons tous aborder pour permettre un environnement libre et non violent. Un environnement non violent peut conduire à beaucoup de développement pour le pays.
Dans une interview avec le Dr Akiode Afolabi, directrice fondatrice du Women Advocates Research and Documentation Center, elle souligne que le Nigeria est devenu le premier pays d’Afrique de l’Ouest à adopter la loi sur la violence contre les personnes au niveau national. À ce jour, 12 États du Nigéria ont également emboîté le pas en adoptant cette loi. Les États sont Ogun, The FCT, Ekiti, Oyo, Osun, Benue, Kaduna, Edo, Kogi, Anambra, Enugu et Rivers. Cependant, selon le Dr Akiode-Abiola: «La vérité est que certaines de ces lois ne sont pas correctement appliquées. Il existe des organes statutaires censés être créés en vertu de la loi qui n’ont pas été créés dans environ 80% des États où la violence contre une personne a été adoptée, même au niveau fédéral. De plus, le fait que l’institution et les gouverneurs ne réagissent pas très bien aux questions relatives aux femmes et aux enfants, cela signifie que nous n’avons pas assez de refuges, nous n’avons pas assez de mécanismes pour aider les femmes à sortir de cette violence. À travers l’Afrique, le patriarcat est encore endémique. Au niveau de la communauté, au niveau de l’État, et même au niveau de ceux qui font des lois, ils voient toujours les femmes comme une citoyenne de deuxième classe et vous voyez donc que les femmes souffrent beaucoup des pratiques de veuvage, des mutilations génitales, des relations sexuelles et la violence basée sur le genre et beaucoup de violence dans les communautés. »

Selon le Dr Akiode-Abiola: «La sensibilisation à COVID-19 basée sur le genre à la radio et à la télévision doit également être effectuée par le gouvernement en utilisant des informations ciblées pour diffuser des informations sur la manière dont la prévention de la VBG peut être effectuée dans notre communauté et ailleurs. Et nous devons également ordonner que les services et abris désignés restent ouverts et accessibles aux personnes vulnérables pendant cette période en tant que services essentiels. Si les gens ne le font pas, il pourrait être très difficile de lutter contre les effets de la VBG et cela pourrait signifier beaucoup de choses après COVID-19. Les foyers étant brisés, certaines femmes pourraient également mourir des suites de violences; il y aura plus de traumatismes, émotionnels, psychologiques et beaucoup plus. Il est donc important que le gouvernement y remédie. »

Au cours du webinaire sur l’impact sexospécifique de COVID 19 – Leçons d’Espagne, de Suède, du Ghana et du Nigéria, l’ADRAO, le WRAPPA et le WILPF ont mis en évidence certains points d’action pour lutter contre la violence basée sur le genre, expliquant que nous devons travailler pour parvenir à une société exempte de violence. Il est de la responsabilité de chacun de participer à la lutte contre la violence basée sur le genre. La communauté a un rôle à jouer, pour promouvoir une culture sans violence parmi les personnes, y compris les enfants d’un âge très tendre. Nous devons promouvoir la culture du respect égal pour tous. Former le petit garçon et la petite fille à comprendre que la violence n’est PAS et JAMAIS une option malgré la situation.
Pour rendre cela possible, mieux vaut prévenir qu’infliger, peut être utilisé comme un mantra pour examiner la façon dont nous gérons nos environnements, diffusons des informations et travaillons en tant que communauté pour éradiquer et prévenir davantage de violence basée sur le genre. Cela nécessite que les gens apprennent à parler et à éliminer la culture du silence tout en gérant les environnements domestiques, cela nécessite de repérer les signaux d’alarme et les facteurs atténuants.

L’ADRAO, le WRAPPA et le WILPF ont ajouté que la communauté, les chefs religieux, les dirigeants traditionnels doivent adhérer au fait qu’il devrait y avoir une tolérance zéro à la VBG, à la violence domestique et à toutes les formes d’abus et de violence contre tous les genres et doivent cesser de protéger les individus de haut niveau qui sont des agresseurs. Puisqu’il faut un village pour prospérer, il doit y avoir un accord général sur le fait que la société est prête à soutenir la tolérance zéro. La société doit également être sincère dans la lutte contre la violence basée sur le genre, et cela inclut le gouvernement et d’autres acteurs étatiques. Les gens peuvent servir de dissuasion et sont utilisés comme boucs émissaires.
Les lois au niveau des États et au niveau fédéral doivent être domestiquées lorsque cela est nécessaire et exécutoire. Les gens doivent pouvoir appliquer la loi. L’adoption de la loi sur la violence domestique dans l’État de Lagos a intensifié la lutte contre la violence domestique. Un plus grand nombre de personnes sont entrées et ont utilisé des lignes d’assistance pour signaler les cas au DSRVT et au Centre Mirabel. Plus les gens disposent d’informations sur les succès de l’application, plus il est facile pour les ONG de suivre les cas avec la police pour garantir que justice soit rendue dans chaque cas. Au cours des 3 à 4 dernières années, le Centre Mirabel a traité plus de 5 400 cas. Si les gens savent où rapporter et que leur cas aboutit à une conclusion logique, ils le feront.
Les mécanismes de soutien doivent être efficaces, accommodants et adaptés aux besoins des publics cibles. Les services et installations essentiels sous la forme d’abris de courte durée, de lignes directes à travers le pays, de services juridiques et de conseils en traumatologie à l’échelle nationale sont fournis en tant que structure obligatoire du système social. Augmentez le délai d’exécution des tests pendant le verrouillage pour sauver plus de femmes dans les foyers de violence. Les hotlines devraient être gratuites et ouvertes 24h / 24 et 7j / 7. Et un nouveau plan de relance post-COVID-19 ne doit pas être adopté. Davantage d’abris doivent être construits pour permettre aux victimes d’échapper à leurs agresseurs et de recommencer une nouvelle vie. Il est également nécessaire de disposer de plus de systèmes de référence, car les systèmes actuels ne suffisent pas. Lagos a été un bon modèle en termes de création d’institutions capables de répondre à la VBG, mais il reste encore beaucoup à faire. Le gouvernement doit s’engager davantage pour garantir une tolérance zéro à l’égard des VBG. Le travail organisé doit changer son orientation stratégique en se basant uniquement sur les salaires, et penser de manière plus exponentielle et holistique en s’attaquant à d’autres violations des droits de l’homme en tant que stratégie inclusive.
Ils doivent commencer à assurer beaucoup plus d’illumination dès le début chez les garçons, les filles, les adolescents et les adultes, car une mesure préventive plutôt qu’une approche interventionniste est essentielle pour étouffer les excuses ou les raisons de la violence basée sur le genre dans l’œuf. Davantage de réunions publiques avec des chefs religieux, traditionnels et communautaires en tant que système de soutien et champions pour mettre fin à la VBG.

Le gouvernement doit reconnaître les FEMMES et cesser de les traiter comme des citoyens de seconde classe, car beaucoup n’ont pas été inclus dans les politiques et les plans de relance concernant la façon dont cela peut être utilisé le plus efficacement possible. La contribution des femmes à ce sujet est inestimable.

Le gouvernement devrait désigner et renforcer des bureaux de l’égalité des sexes et des unités de soutien aux familles au sein des services de police et d’autres ministères. La police doit cesser de banaliser les violences sexuelles et sexistes, la violence domestique, les violences sexuelles, les viols, etc. La culture du silence se multiplie lorsque la police devient complice. Lorsque la police est jugée complice, les peines d’emprisonnement devraient être les conséquences de la complicité dans les abus et les violations des droits des femmes face à la violence et aux abus de toutes sortes. La police a besoin d’une formation appropriée sur la gestion des VBG et des DV. La police doit employer davantage d’unités parajuridiques dans ses forces et mettre un terme à la brutalité policière envers tous. Les peines de prison pour les contrevenants policiers auraient un effet dissuasif.
La nécessité d’un changement de paradigme de «nous contre eux» à «nous pour nous» dans toutes les initiatives et stratégies axées sur le genre à travers le monde en tant qu’approche proactive. Les champions masculins du genre manquent d’espace et doivent être à l’intérieur du lecteur pour mettre fin à la violence basée sur le genre. Cela signifie élargir et amplifier les voix sur la violence basée sur le genre et d’autres formes de violence à partir d’un lieu de solution et d’interventions sociales et de la jurisprudence.

Le gouvernement doit comprendre la légitimité du soutien aux ONG, OSC et autres organisations de défense des droits de l’homme pour avoir un groupe de travail spécial chargé de gérer la violence basée sur le genre. Des permis et des laissez-passer devraient être accordés aux OSC et aux ONG pendant ce verrouillage pour agir rapidement et professionnellement en cas de besoin.

Les banques alimentaires et autres programmes palliatifs doivent être mieux organisés, correctement contrôlés et dûment pris en compte par le public. Cela nécessite une transparence de la part du gouvernement aux niveaux local, étatique et fédéral pour montrer que la responsabilité publique de l’argent dépensé pour les palliatifs sociaux garde tout le monde sur ses pieds pour être responsable

Comblez l’écart entre les nantis et les démunis. L’infrastructure d’accès à Internet doit être développée dans les communautés rurales et les zones urbaines qui n’en disposent pas. Sensibilisation ciblée à travers des jingles dans de nombreuses langues pour combler le fossé de l’illumination sur la violence basée sur le genre et les services d’accès à l’information qui sont importants pour les femmes et d’autres groupes marginalisés qui peuvent être dans des situations violentes dans les milieux familiaux, les quartiers, ou par l’action ou l’inaction d’autres acteurs étatiques.

Il doit y avoir un arrêt immédiat des attaques xénophobes contre les femmes étrangères, les demandeurs d’asile et les PDI.

Downloads

Cash for Justice: Coalition pour pétitionner auprès du Conseil…

La Coalition ghanéenne pour l’égalité des droits et la justice (CERAJ) a déclaré aux médias qu’elle déposait une pétition auprès du Conseil de médiation et de sécurité (MSC) de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) contre un procureur général qui était impliqué au Ghana en un scandale de corruption et d’extorsion avéré.

Emmanuel Lawrence Otoo-Boison a été capturé sur des bandes vidéo sous couverture prenant de l’argent et une chèvre enceinte pour libérer un accusé, Mohammed Awal, qui est en procès pour viol au Ghana et est recherché par l’Organisation internationale de police criminelle (INTERPOL) pour d’autres crimes graves il aurait commis au Burkina Faso.

Le procureur général de l’État poursuivait l’accusé devant un tribunal ghanéen pour une infraction de viol présumée commise au Ghana lorsqu’il a été surpris en train de faire plusieurs demandes pour libérer l’accusé de toute poursuite.

Otoo-Boison est vu et entendu dans un documentaire vidéo intitulé «Cash for Justice» révélant à un parent supposé d’Awal que l’accusé figurait sur une liste de policiers recherchés au Burkina Faso et exhortant le «parent» à informer l’accusé de s’enfuir. dans une cachette dès qu’il a obtenu une caution judiciaire. L’avocat de l’État a également révélé dans le documentaire secret que le gouvernement ghanéen lui avait demandé d’étudier un programme à Londres, mais lui avait demandé de se procurer lui-même son billet d’avion pour le Royaume-Uni et avait demandé 1 350 livres sterling à la famille du même accusé qu’il poursuivait.

Le ministre de la Justice et procureur général du Ghana, Gloria Akuffo, a interdit le procureur général en novembre 2019, après que plusieurs médias ghanéens ont diffusé et publié des nouvelles et des éditoriaux sur le film documentaire Cash for Justice du journaliste d’investigation du réseau BEI, Edward Adeti. Le procureur spécial du pays, Martin A.B.K Amidu, a également annoncé qu’il enquêterait sur la saga impliquant les hauts fonctionnaires du ministère de la Justice et du ministère public. Les médias internationaux et le public attendent actuellement le verdict d’un comité créé par le Legal Service Board du Ghana pour enquêter plus avant sur Otoo-Boison.
Le comité, présidé par un juge de longue date de la Cour suprême, le juge Jones Victor Dotse, a commencé son enquête en janvier 2020 et l’a terminée en avril 2020, dans l’attente d’un verdict qui sera annoncé prochainement selon des sources. Le comité a rencontré les deux parties, Adeti et Otoo-Boison, dans la capitale du Ghana, Accra.

«Le Conseil de médiation et de sécurité de la CEDEAO va bientôt recevoir la pétition car il s’agit d’une question d’intérêt international. L’infraction commise par le procureur général est si grave et hautement impardonnable sous la responsabilité d’un gouvernement sérieux qui veut protéger son intégrité et ses citoyens en ce qui concerne le documentaire que nous avons tous regardé. Pour qu’un procureur d’un État se laisse influencer par l’argent et conseille avec passion, comme nous pouvons le voir dans la vidéo virale, un suspect de crime en série devrait courir et se cacher où personne ne le trouverait, nous ne pouvons pas dire que nous sommes en sécurité dans ce pays .

«Pour qu’un procureur d’un État dise qu’un accusé est recherché au Burkina Faso et qu’il devrait éviter INTERPOL comme nous l’avons tous regardé dans le documentaire, le Conseil de médiation et de sécurité de la CEDEAO doit être vigilant et très préoccupé à ce sujet en raison des graves implications sécuritaires des révélations choquantes présagent pour nous tous dans cette sous-région, comment les avocats de certains États contrecarrent les efforts du MSC de la CEDEAO et d’INTERPOL. Le procureur de cet État ne devrait clairement pas et ne peut pas représenter l’intérêt de l’État.

  • «C’est un grand problème international qui mérite l’attention de la CEDEAO. On nous dit même que la BBC et plusieurs analystes internationaux de la sécurité surveillent également avec inquiétude les résultats du Comité Justice Dotse sur la saga. Jusqu’à ce que ce procureur général, qui aurait dû démissionner maintenant, soit traité par la loi sans crainte ni faveur, comme les autres fonctionnaires sans scrupules qui ont été pris dans le passé dans des circonstances similaires de pots-de-vin et d’extorsion et ont été renvoyés en ce pays, pour les torts palpables que le procureur de l’État a commis dans la vidéo sous le regard du public, il serait difficile pour quiconque de faire confiance au ministère de la Justice pour l’équité et la justice. C’est pourquoi nous parlons avec véhémence partout en tant qu’organisation pour l’égalité des droits et la justice, peu importe qui vous êtes », a déclaré le président-directeur général du CERAJ, Augustus Amankwah Mireku.
Downloads

Atrocity Alert No. 208: Children and Armed Conflict, Nigeria…

The UN Secretary-General’s annual report on children and armed conflict was released on Monday, 15 June, documenting more than 24,000 “grave violations” perpetrated against children. This included over 10,000 children who were killed or maimed across 19 different conflict zones during 2019. The report also documents 735 cases of sexual violence against children, over 7,000 cases of the recruitment and use of children in armed conflict, and nearly 500 attacks on schools. readmore

Downloads

After attacking Military Base in Auno, Boko Haram Massacres…

After an attack on Military Base in Auno, the murderous Boko Haram/ ISWAP fighters have killed 69 persons in broad daylight at Foduma Kolomaiya Village in Gubio Local Government Area of Borno State. PRNigeria gathered that the terrorists had last weekend (Saturday) killed six Nigerian soldiers while 45 others who were early declared missing have returned to the military base in Auno after the acting General Officer Commanding 7 Division of the Nigerian Army, Brigadier General Abdul-Khalifa Ibrahim led troops from Operation Lafiya Dole in collaboration with the Federal Special Anti-Robbery Squad (FSAR) of the Police Command to restore normalcy in the area. readmore

Downloads

Cash for Justice: Coalition to petition ECOWAS Mediation and…

Ghana’s Coalition for Equal Rights and Justice (CERAJ) has told the media it is filing a petition to the Mediation and Security Council (MSC) of the Economic Community of West African States (ECOWAS) against a Senior State Attorney who was implicated in Ghana in a proven bribery and extortion scandal. Emmanuel
Lawrence Otoo-Boison was caught on undercover videotapes taking money and a pregnant goat to free an accused person, Mohammed Awal, who is standing a rape trial in Ghana and is wanted by the International Criminal Police Organisation (INTERPOL) for some other serious crimes he allegedly committed in Burkina Faso. readmore

Downloads

Nigeria’s Boko Haram crisis: UN ‘Appalled’ by Twin Jihadist…

Dozens of soldiers and civilians are reported to have been killed in twin attacks by Islamist militants in north-eastern Nigeria’s Borno state. Fighters attacked Monguno, a garrison town where UN and other aid workers are based, and a village in Nganzai. The UN said it was “appalled” by the raids that came days after at least 81 villagers were killed in Gubio. A Boko Haram faction calling itself the Islamic State in West Africa (Iswap) says it is behind all three attacks. readmore

Downloads

Negotiating With Jihadists in the Sahel and Nigeria

West Africa is one of the most important jihadist hotspots, but it gets far less attention in the United States than in other areas, in part because the U.S. military role there is limited at best. France, however, is deeply engaged, as are regional governments. Having spent years fighting jihadists, French forces and their local partners are wrestling with difficult questions about whether to negotiate and, if so, which groups might be open to talks. readmore