Downloads

Sexual and Gender-Based Violence: Hidden Social Pandemic Under Radar…

In mid-April during the lockdown, a female tenant, Rose (not her real name) was physically brutalised by her landlord in Lagos. The neighbours who live in Akowonjo where the attack happened are calling it “see wetin COVID-19 cause” in Pidgin.
With the lockdown running into weeks, there has been a shock isolation response by both men and women resulting in some cases, in extreme reactions to provocation, economic burden, emotional strain and jealous rage. Landlord-Tenant gender-based violence dynamics is becoming topical. readmore

Downloads

Première Comparution D’Ali Muhammad Ali Abd–Al-Rahman Devant la CPI

Aujourd’hui, le 15 juin 2020, Ali Muhammad Ali Abd–Al-Rahman a comparu devant le juge Rosario Salvatore Aitala, juge unique de la Chambre préliminaire II de la Cour pénale internationale (« CPI » ou « la Cour »). L’audience de première comparution a eu lieu en présence du Procureur et de la Défense. M. Abd–Al-Rahman était représenté par son Conseil de permanence, Maître Cyril Laucci, et a comparu par liaison vidéo depuis le quartier pénitentiaire de la CPI.
Au cours de l’audience, le juge unique a vérifié l’identité du suspect et s’est assuré qu’il soit informé des crimes qui lui sont imputés et des droits que lui reconnaît le Statut de Rome dans une langue qu’il comprend et parle parfaitement. L’ouverture de l’audience de confirmation des charges est fixée provisoirement au 7 décembre 2020. lire la suite

Downloads

Ali Muhammad Ali Abd–Al-Rahman Makes First Appearance Before the…

On 15 June 2020, Ali Muhammad Ali Abd–Al-Rahman appeared before Pre-Trial Chamber II’s Single Judge Rosario Salvatore Aitala of the International Criminal Court (“ICC” or “Court”). The hearing was held in the presence of the Prosecutor and the Defence. Mr Abd–Al-Rahman was represented by his Duty Counsel Mr Cyril Laucci and appeared via video-link from the ICC Detention Centre.
The Single Judge verified the identity of the suspect, and ensured that he was clearly informed of the crimes he is alleged to have committed and of his rights under the Rome Statute of the ICC in a language he fully understands and speaks. The opening of the confirmation of charges hearing was scheduled provisionally for 7 December 2020. readmore

Downloads

Journée de L’enfant Africain 2020

Comme chaque année le 16 juin, l’Union africaine et ses États membres célèbrent la Journée de l’enfant africain (CAD) en commémoration du soulèvement étudiant du 16 juin 1976 à Soweto, en Afrique du Sud, où des étudiants qui ont défilé pour protester contre l’inspiration de l’apartheid l’éducation, ont été brutalement assassinés. Pour célébrer les enfants d’Afrique et appelle à une introspection sérieuse et à un engagement à relever les nombreux défis auxquels ils sont confrontés en Afrique, le thème du CAD 2020 se penchera sur “ l’accès à un système de justice adapté aux enfants en Afrique ” tel qu’adopté par le Conseil exécutif de l’Union africaine , lors de sa 34e Session ordinaire, tenue du 07 au 08 février 2019.

En raison de la crise COVID19 actuelle, la commémoration de l’événement au niveau continental se fera par le biais d’un webinaire, qui vise à examiner les éléments d’un système de justice adapté aux enfants, y compris l’application d’une approche fondée sur les droits de l’enfant et l’utilisation du quatre principes des droits de l’enfant comme outil pour réaliser l’accès à un système de justice adapté aux enfants en Afrique. Le webinaire vise également à créer une plate-forme de dialogue entre les enfants, les décideurs, les organisations travaillant sur les droits des enfants et les universitaires sur les principaux défis à relever pour garantir l’égalité d’accès à une justice adaptée aux enfants pour tous les groupes d’enfants en Afrique. Il servira en outre de forum de partage d’expériences où les tendances positives, les mécanismes et les structures dans les États membres seront discutés.

La commémoration virtuelle aura lieu sur Zoom (le lien d’accès et le mot de passe seront envoyés en temps voulu) et retransmis en direct sur la page Facebook du Comité https://www.facebook.com/acerwc/

À propos de la Journée de l’enfant africain

En 1991, l’Assemblée des chefs d’État et de gouvernement de l’OUA de l’époque a institué la Journée de l’enfant africain (DAC) en mémoire du soulèvement étudiant du 16 juin 1976 à Soweto, en Afrique du Sud. À cette époque, les étudiants ont manifesté pour protester contre la mauvaise qualité de l’éducation qu’ils recevaient et ont exigé d’être enseignés dans leur propre langue. Le DAC sert à commémorer ces enfants et les actions courageuses qu’ils ont prises pour défendre leurs droits. Le CAD célèbre ainsi les enfants d’Afrique et appelle à une sérieuse introspection et à un engagement à relever les nombreux défis auxquels sont confrontés les enfants à travers le continent.

Downloads

Coronavirus – États membres de l’Union africaine (54) signalant…

Contenu fourni par APO Group. CNBC Africa fournit du contenu d’APO Group en tant que service à ses lecteurs, mais ne modifie pas les articles qu’il publie. CNBC Africa n’est pas responsable du contenu fourni par APO Group.

États membres de l’Union africaine (54) déclarant des cas de COVID-19 (190 551) décès (5 188) et récupérations (83 504) par région:

Centre (20 309 cas; 436 décès; 7 351 récupérations): Burundi (83; 1; 45), Cameroun (8 060; 206 **; 4 748), République centrafricaine (1 634; 5; 38), Tchad (837; 69; 672 ), Congo (683; 22; 210), RDC (4 106; 88; 537), Guinée équatoriale (1 306; 12; 200), Gabon (3 101; 21; 833), Sao Tomé et Principe (499; 12; 68) .

Est (22 533; 648; 6 959): Comores (141; 2; 67), Djibouti (4 278; 31; 2 013), Érythrée (41; 0; 39), Éthiopie (2 156; 27; 361), Kenya (2 862; 85) ; 849), Madagascar (1 094; 9; 254), Maurice (337; 10; 324), Rwanda (439; 2; 290), Seychelles (11; 0; 11), Somalie (2 334; 83; 441), Sud Soudan (1604; 19; 15), Soudan (6 081; 359; 2 014), Tanzanie (509; 21; 178), Ouganda (646; 0; 103).

Nord (54 709; 2 249; 24 151): Algérie (10 154; 707; 6 717), Égypte (34 079; 1 237; 8 961), Libye (256; 5; 52), Mauritanie (883; 43; 69), Maroc (8 250; 208) ; 7 370), Tunisie (1 087; 49; 982).

Sud (51.137; 1.026; 25.862): Angola (91; 4; 24), Botswana (40; 1; 23), Eswatini (333; 3; 225), Lesotho (4; 0; 2), Malawi (438; 4 ; 55), Mozambique (433; 2; 131), Namibie (31; 0; 16), Afrique du Sud (48 285; 998; 24 364), Zambie (1 200; 10; 988), Zimbabwe (282; 4; 34).

Ouest (41 863; 829; 19 181): Bénin (288; 4; 186), Burkina Faso (889; 53; 770), Cap-Vert (567; 5; 266), Côte d’Ivoire (3 739; 36; 1 818), Gambie (26; 1; 21), Ghana (9 638; 44; 3 636), Guinée (4 117; 23; 2 857), Guinée-Bissau (1 368; 12; 153), Libéria (345; 30; 185), Mali (1 547 ; 92; 916), Niger (970; 65; 867), Nigéria (12 486; 354; 3 959), Sénégal (4 427; 49; 2 699), Sierra Leone (969; 48; 608), Togo (487; 13; 240 ).

** Une source officielle a signalé par inadvertance 212 décès pour le Cameroun. La valeur correcte est maintenant répertoriée.

* Les chiffres pour l’Afrique sont tirés des rapports officiels du RCC et des États membres.

Distribué par APO Group pour le compte des Centres Africains de Contrôle et de Prévention des Maladies (CDC Afrique) .Media filesDownload logo

Downloads

Main D’oeuvre, Fonds, Seuls Problèmes de L’armée Nigériane?

Jusqu’à présent, de nombreuses personnes, dont certaines ne sont pas bien informées, ont déclaré que l’armée nigériane était mal équipée pour faire face à la myriade de problèmes de sécurité qui menaçaient le pays.

Certains, dont un ancien gouverneur de l’État le plus touché par les attentats, Borno, en la personne de M. Kashim Shettima, aujourd’hui sénateur, vont même jusqu’à dire que le groupe armé, Boko Haram, est mieux équipé que l’armée nigériane. le combattre.

«Boko Haram est mieux armé et plus motivé que nos propres troupes», a déclaré Kashim Shettima en 2014 alors qu’il était gouverneur. «Compte tenu de la situation actuelle, il nous est absolument impossible de vaincre Boko Haram.»

Il est dit par d’autres personnes que la secte Boko Haram est équipée d’armes plus sophistiquées que l’armée nigériane. Alors que les terroristes seraient équipés de mitrailleuses antiaériennes RPG7, GPMG, IEDS et Browning, l’armée nigériane les confronte avec des fusils AK49 sans casque balistique et veste fragmentaire.

Ces affirmations sont maintenant, de manière substantielle, confirmées. Cette semaine, le ministre de la Défense, le général de division Bashir Magashi (rtd), a déclaré que les forces armées manquaient de personnel et de fonds.

Le ministre a déclaré cela lors de la présentation du ministère au Conseil exécutif fédéral (FEC) virtuel présidé par le président Muhammadu Buhari.

«Nous avons parlé de nos lacunes… de la pénurie de main-d’œuvre, du financement insuffisant du ministère de la Défense», a déclaré Magashi. «Nous avons parlé de toutes les opérations que nous menons, des succès et des échecs de chacune des opérations depuis l’opération Lafia Dole jusqu’à l’opération Tawase.

“Les lacunes de chacune des opérations ont été discutées et Dieu a apporté des contributions si aimables de la part des membres du conseil et, je pense, en peu de temps, il y aura un changement dans la conduite de nos affaires au ministère de la Défense.”

Ce changement, diront les Nigérians, ferait mieux de venir bientôt. Mais avant le changement, beaucoup pensent que la corruption, et pas seulement la pénurie de main-d’œuvre et de fonds, doit également être arrêtée dans l’armée.

Bien sûr, il est regrettable que les forces armées se soient révélées incapables de vaincre une petite armée d’insurgés dont les activités se limitent à la zone Nord-Est.

Ces dernières années, Boko Haram est devenu plus audacieux dans ses attaques, effectuant des raids coordonnés sur des villages et des formations militaires. Au cours de ces attaques, des centaines de personnes, dont des soldats, sont tuées.

Pourquoi la guerre contre le terrorisme est-elle devenue si insoluble? Pourquoi les forces armées n’ont-elles pas contrôlé la situation? Bien que Magashi ait partiellement répondu à ces questions, c’est un curieux paradoxe qu’une armée qui a récolté une part substantielle du budget du pays reste mal équipée pour affronter les terroristes.

Ainsi, avant même que le ministère de la Défense ne se bat pour mettre à niveau ses effectifs et être correctement financés, le spectre de la corruption qui pèse sur lui doit être effacé principalement parce que pour gagner cette guerre, les militaires doivent aussi remettre de l’ordre dans leur maison… guerre contre la corruption.

Après tout, il faut que chaque institution et chaque individu se souvienne que l’administration dirigée par Muhammadu Buhari se bat si dur pour vaincre la corruption, dans toutes ses ramifications, et effacer la toge de la corruption qui ternit l’image du pays.

Nous devons tous unir nos forces à l’administration pour éliminer la corruption, en particulier dans l’armée. Nul doute que même certains partenaires internationaux étrangers de nos forces armées savent, comme les Nigérians, qu’à part de nombreuses autres raisons, la corruption est à l’origine de l’incapacité des militaires nigérians à arrêter la sanglante campagne de Boko Haram.

En fait, on peut affirmer que la corruption dans l’armée a provoqué un manque de patriotisme parmi les soldats, ce qui a conduit à manquer de moral pour affronter les éléments criminels. Certains militaires sont devenus négligents dans l’accomplissement de leurs fonctions au détriment de la défense et de l’intégrité de notre pays.

Encore une fois, outre le personnel et l’argent, l’armée n’a pas réussi à gagner la confiance de la communauté locale et à améliorer son bilan en matière de droits de l’homme. Les militaires, parfois, violent les droits des peuples de nombreuses manières, y compris les exécutions extrajudiciaires de civils, que les autorités militaires n’ont souvent pas enquêtées et blâment les soldats en erreur.

Par conséquent, alors que les Nigérians attendent avec impatience de voir l’armée mise à niveau dans toutes les ramifications, une évolution qui devrait apporter un regain d’esprit de combat parmi les militaires, il est également prévu que les autorités de l’institution tiendront compte de tous les autres hoquets qui entravent le succès du personnel militaire et la guerre contre activités criminelles et criminels.

FG, COVID-19 et Revenus en Baisse

Cette semaine, le gouvernement fédéral a déclaré que l’épidémie de COVID-19 avait entraîné une baisse progressive de ses revenus.

Cette situation malheureuse que le pays s’est trouvée face à la baisse de ses revenus a été révélée par le ministre de l’Information et de la Culture, M. Lai Mohammed, à Abuja.

Il a déclaré: «Lorsque le budget a été adopté en décembre de l’année dernière, nous avons tous célébré que le budget avait été adopté pour la première fois dans un bon moment pour nous permettre de planifier … nous espérions que cette année, nous serons en mesure de réaliser beaucoup. Mais aujourd’hui, nous avons COVID-19, qui a mis toutes les économies du monde à genoux. Le Nigéria ne peut pas être une exception.

«Toutes les sources de revenus ont été attaquées par COVID-19, lorsque nous avons verrouillé nos frontières, comment les marchandises entreront-elles? Comment les douanes feront-elles de l’argent pour le pays? »

Bien sûr, et à juste titre aussi, le ministre a déclaré que «Abuja, Lagos et Ogun sont en détention depuis plus de quatre semaines…. Donc, si nous disons qu’il n’y a pas d’argent, ce n’est pas parce que nous cherchons des excuses boiteuses. »

Vraiment, comme l’a dit le ministre, le monde entier, et pas seulement le Nigéria, est confronté à de sérieux défis budgétaires. La pandémie de COVID-19 a des effets négatifs importants sur l’économie mondiale, les gouvernements du monde entier mettant en œuvre diverses mesures fiscales pour atténuer ses effets et soulager les entreprises et les ménages.

En Afrique, les impacts de COVID-19 se font sentir de différentes manières et les mesures prises par les gouvernements diffèrent également sur les domaines de concentration et d’exhaustivité.

La croissance projetée du PIB de l’Afrique de 3,2% pour 2020 devrait maintenant tomber à -0,8%. Cela est dû au verrouillage forcé partiel ou total des économies occasionné par la pandémie.

L’épidémie a entraîné une interruption des activités dans divers secteurs des économies, notamment le secteur financier et les secteurs du tourisme et de l’hôtellerie. En bref, les impacts du COVID-19 sur les économies africaines se déploient rapidement et devraient varier considérablement d’un pays à l’autre.

Malheureusement, parce que la plupart des pays en développement sont en Afrique, leurs économies sont déjà confrontées à des impacts durs et sévères du coronavirus.

Bien que l’Afrique ne représente qu’une fraction du total des cas de la maladie qui a infecté près de cinq millions de personnes dans le monde, le continent pourrait bien être le plus durement touché économiquement. L’une des raisons est que de nombreux pays du continent ont ce qu’on appelle des économies basées sur les mono-produits.

L’industrie pétrolière et gazière, par exemple, contribue à environ 65% des recettes publiques du Nigéria et à 88% des recettes en devises du pays. Cette situation donne donc foi à ce que M. Lai Mohammed a dit, car cela signifie que les événements dans l’industrie ont tendance à avoir un impact sur presque tous les autres secteurs de l’économie.

Aujourd’hui, le prix mondial du pétrole oscille autour de 30 dollars le baril, ce qui peut être décrit comme un coup dur pour l’économie nigériane. Malheureusement, avec la baisse des revenus, la baisse est venue et de nombreuses choses comme le financement du budget pour les infrastructures essentielles, le pouvoir de la monnaie locale, le paiement des salaires et le fonctionnement des administrations publiques seraient affectés.

Par conséquent, les Nigérians doivent maintenant, plus que jamais auparavant, être patients et “regarder cela (les changements fiscaux causés par COVID-19) dans leur contexte”, comme l’a exhorté le ministre.

Downloads

“Le Président de la NBA Doit Accroître l’Exposition des…

L’ancien président de l’Association du Barreau de l’Afrique de l’Ouest (ABAO), M. Femi Falana (SAN), a déclaré que l’Association du barreau du Nigéria (NBA) avait besoin d’un avocat accompli qui leur offrirait des opportunités à la Cour de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). et la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples.
Read more ““Le Président de la NBA Doit Accroître l’Exposition des Avocats Aux Tribunaux Africains””

Downloads

La Politique Internationale Empêche Les Militaires Nigérians de Mettre…

Le président du Sénat, Ahmad Lawan, a déclaré que l’incapacité de l’armée nigériane à mettre fin à l’insurrection au Nigeria était due à la politique internationale.

Selon lui, la politique internationale empêche la nation d’acquérir les mécanismes sophistiqués nécessaires pour combattre le groupe terroriste meurtrier et les bandits terrorisant le Nord-Ouest.

«Dans une certaine mesure, nous souffrons de la politique internationale, je sais que dans nos efforts pour essayer d’acheter des pièces de rechange pour leurs avions, ils peuvent écrire à un certain gouvernement étranger et cela prendra six à neuf mois tandis qu’un autre pays écrira à le même gouvernement et peut-être l’avoir dans un ou deux mois », a déclaré le sénateur Lawan dimanche avant le 9e anniversaire du Sénat.
«De plus, nous avons besoin de plus de ressources pour la sécurité. Par ressources, je ne parle pas seulement d’argent, nous avons besoin de plus de personnel pour les forces armées. Nous avons besoin de plus de personnel pour la police, les services d’immigration nigérians et presque toutes les agences et les paramilitaires également. »

Le président du Sénat a également déclaré que l’Assemblée nationale rencontrerait la Commission électorale nationale indépendante (CENI) sur le vote électronique proposé à partir de 2022, ajoutant que la 9e Assemblée était prête à mener des réformes constitutionnelles et électorales.

«C’est quelque chose que nous devons rencontrer avec la CENI. Nous pensons que l’environnement électoral doit être dynamique. Tout ce qui permettra aux élections de se tenir et aux résultats d’avoir la confiance des électeurs; il devrait recevoir notre attention.
Lawan a également justifié l’approbation des prêts étrangers demandés par le président Muhammadu Buhari.

«Nous avons un déficit de près de 14,2 milliards de dollars de déficit de financement pour le budget 2020.

“Nous n’avons pas diversifié l’économie ni investi dans les secteurs réels de l’économie.

«Nous sommes maintenant arrivés à un point où nous devons combler le fossé infrastructurel. Nous avons des projets importants comme le deuxième pont du Niger, l’hydroélectricité de Mambila, la route Est-Ouest, la ligne ferroviaire Lagos – Kano entre autres.

“Nous n’avons pas d’argent. Si vous n’avez pas les ressources et que vous avez encore besoin de ces projets, les abandonnerez-vous parce que vous voulez fuir le prêt?

«Pour nous, à l’Assemblée nationale, nous sommes conscients du fait que cette économie est affectée par la pandémie de COVID-19 et si elle persiste, nous pouvons perdre plus de 20 millions d’emplois dans ce pays.

«Nous pensons donc que nous devrions accepter la demande, mais nous devions tout examiner, les conditions des projets que nous avons réalisés.

“Nous avons approuvé les prêts pour garantir la poursuite du développement de nos infrastructures.” »

Downloads

Boko Haram: 13 Morts à Borno

Treize personnes, dont une femme kamikaze, ont été tuées lors de plusieurs attaques perpétrées dans quatre conseils locaux du gouvernement de Borno, dans le nord-est du Nigéria.

Selon les habitants, les attaques ont eu lieu à Kwabula, Kondori, Ali Gambori à Askira-Uba, Konduga et Nganzai dans les zones d’administration locale de l’État de Borno.

Des sources informées ont déclaré à POST QUOTIDIEN qu’à Kwabula, dans la zone du gouvernement local d’Askira-Uba, deux civils ont été tués lorsque des membres présumés de la secte Boko Haram ont envahi le village le 30 mai 2020.
Le dimanche 31 mai 2020, une femme kamikaze a infiltré une partie de la zone du gouvernement local de Konduga et a fait exploser ses engins explosifs improvisés (EEI) se tuant et blessant trois civils.

En outre, trois personnes ont été tuées hier dans le village de Kondori de Konduga LGA par des terroristes présumés, faisant des dizaines de blessés, tandis que les plus chanceux se sont enfuis dans la ville de Jakana et Maiduguri pour se protéger lundi soir.

La Source a révélé que «le 30 mai 2020, à 23 h 45, des terroristes armés soupçonnés d’appartenir à la faction de Shekau ont pris d’assaut le village d’Askira-Uba LGA à Kwabula.
«Les terroristes sont venus en grand nombre avec quatre (4) camions-mitrailleurs, ont fermé l’entrée principale du village et ont commencé à tirer au milieu du village.

«Au cours de l’attaque, de nombreux habitants ont fui dans les montagnes environnantes pour des raisons de sécurité, malheureusement, deux (2) civils ont été tués et de nombreux autres ont subi divers degrés de blessures.»

 

Une autre source a déclaré: «Le 31 mai 2020, une seule femme kamikaze a infiltré une partie de Konduga LGA vers 21 h 30 et a fait exploser ses engins piégés, se tuant en blessant trois civils.»
Dans un contexte connexe, des terroristes armés auraient tué lundi quatre personnes dans la zone du gouvernement local de Damboa.

Les victimes se sont rendues dans une ferme à la périphérie de la ville de Damboa où elles ont été attaquées par la secte meurtrière.

Les habitants de Damboa ont déclaré que leurs cadavres avaient été amenés dans la ville de Damboa. Les autorités auraient conseillé aux résidents d’éviter pour le moment l’agriculture et le commerce du bois de chauffage.
De même, lundi, un enfant du camp de déplacés internes de Muna dans la métropole de Maiduguri a perdu la vie en jouant avec une ferraille collectée.